Choix de l'approche méthodologique

Contribuer à un processus de veille ou d’observation territoriale


Objectifs

  • Observer de manière permanente ou à intervalles l’évolution de la situation sur des enjeux relevant du développement économique, de l’emploi, du marché du travail, de la formation, des compétences…
  • Assurer une veille permettant de détecter des évolutions susceptibles d’avoir un impact sur le développement économique, l’emploi, le marché du travail, la formation, les compétences…
  • Mettre en perspective la situation et l’évolution d’un territoire avec les enjeux identifiés et analysés au niveau national.
  • Partager les informations recueillies et l’interprétation qui en est faite avec les acteurs concernés, en vue d’alimenter la décision, le pilotage, ou l’évaluation des actions.

Types d’actions, offre de services

Contribution à la mise en œuvre d’une fonction d’observation territoriale du tissu d’entreprises, de l’emploi et de la formation 

Ce type de fonction fait appel à des méthodologies permettant de suivre et d’interpréter l’évolution de la situation du territoire.
Par exemple :
  • le suivi permanent de certains indicateurs inclus dans des bases de données régulièrement actualisées (suivi du montant des contributions financières versées aux OPCA au titre du plan de professionnalisation, du taux de recours à la formation par les PME de moins de 50 salariés, du volume de projets de recrutement repéré auprès des adhérents,…),
  • le recueil et la capitalisation en continu de travaux d’observation conduits à l’échelle territoriale (travaux d’observation et de veille des chambres consulaires, des agences d’urbanisme…) ou à une autre échelle (productions de l’OREF au niveau régional, travaux des observatoires de branche de l’OPCA au niveau national …),
  • la conduite à intervalles réguliers d’enquêtes de type « baromètre », ciblé sur un sujet, une problématique, un certain type de public…
  • la conduite ponctuelle, le cas échéant, de travaux d’étude ou de diagnostic ciblés sur un sujet dont il s’agit d’éclairer la compréhension et l’analyse, en lien avec une observation permanente du territoire.

EN AUVERGNE, mise en place d'un outil mixte de suivi de l'activité et de connaissance des publics dans le cadre du Relais Saisonniers Sancy.

AGEFOS PME, en partenariat avec la Communauté de communes du Massif du Sancy, s’est investi dans le projet territorial de mise en place d’un guichet unique d’accueil, d’information, d’orientation et d’accompagnement des travailleurs saisonniers sur le territoire du Sancy.

AGEFOS PME et ses partenaires ont été confrontés à deux besoins :

  • connaître les caractéristiques du public saisonnier pour mieux appréhender les problématiques spécifiques à l’emploi saisonnier ;
  • assurer un suivi précis des réalisations et résultats du Relais et la production de bilans détaillés.

Pour répondre à ces deux enjeux, AGEFOS PME Auvergne a réalisé un tableau de bord permettant :

  • de recueillir les informations relatives aux usagers du guichet unique : caractéristiques individuelles, besoins, services rendus... Le champ de l’observation n’est pas l’ensemble de la population de saisonniers, mais il permet de disposer de données spécifiques sur la situation des saisonniers rencontrant des difficultés et exprimant un besoin ;
  • d’assurer une consolidation et une exploitation en continu des données d’activité, facilitant ainsi le travail de restitution aux partenaires et financeurs.


Réalisation ou contribution à une dynamique de veille territoriale 

La veille territoriale est avant tout une posture, qui fait appel à des méthodologies permettant de détecter des évolutions, y compris des signaux faibles, et d’identifier - voire d’anticiper leurs conséquences sur le territoire.
L’OPCA peut assurer et contribuer à cette veille par des travaux d’observation, d’étude, de diagnostic, mais aussi des approches plus légères ou informels….
Par exemple :
  • Organisation de temps réguliers d’échanges entre les conseillers de l’OPCA pour formaliser et partager les informations de conjoncture recueillies dans les entreprises.
  • Veille documentaire visant à détecter des décisions stratégiques de certains acteurs financeurs de la formation professionnelle, des évolutions réglementaires générant des besoins de formation, des innovations technologiques transformant en profondeur les emplois et les métiers…
  • Suivi resserré de certains indicateurs particulièrement sensibles et connus pour être révélateurs - voire annonciateurs de changements de conjoncture (ex : recours à l’intérim qui est une des premières variable d’ajustement des entreprises en cas de difficulté conjoncturelle).
  • Partage et croisement d’informations qualitatives détenues par les acteurs du territoire (par exemple : fermeture temporaire d’une ligne de production sur un site d’entreprise, choix d’un agrandissement du site par une PME locale…).
  • Suivi dans la durée d’un panel de responsables d’entreprises pour mesurer l’évolution de la situation des entreprises, de l’opinion des employeurs (baromètre de confiance en l’avenir)…

EN ILE-DE-FRANCE, un baromètre de la situation des entreprises de « FORMACULB » 

FORMACLUB est un réseau réunissant les partenaires économie-emploi-formation du Val d’Oise et plus particulièrement sur le territoire de l’agglomération de Cergy Pontoise. Son rôle consiste à informer et à accompagner les entreprises en matière de formation et de gestion des compétences, et de favoriser leur développement et l’emploi à l’échelon territorial.

FORMACLUB, dont AGEFOS PME Ile-de-France est l’un des membres fondateurs, réalise une enquête permanente sur site, relative à la situation de l’emploi dans les PME et TPE de moins de 100 salariés,  à partir d’une grille d’enquête élaborée par les partenaires du réseau : besoins en recrutement et en formation, connaissance des types d’emploi, des métiers fragilisés, métiers en évolution stratégique ou en tension… 

La capitalisation périodique des données, véritable baromètre de la situation des entreprises, permet aux membres du réseau d’actualiser la connaissance des besoins des PME, et d’adapter le contenu des actions partenariales annuellement, notamment :

  • pour informer les TPE et PME de l’existence des outils RH visant à accompagner l’entreprise dans la professionnalisation de leurs pratiques et pour faciliter les mobilités professionnelles des actifs  (CIF, DIF, VAE, Bilan de compétences…),
  • pour accompagner les projets individuels de formation,
  • pour définir et partager la déclinaison opérationnelle d’un plan d’action territorial, articulant les outils de la mobilité et de la formation, par des démarches interentreprises.

Les actions collectives de formation proposées et conduites par les OPCA interprofessionnels, qui ont pour cible les salariés des TPE / PME, s’inscrivent, quant à elles, dans une programmation annuelle de formations élaborée à partir des résultats des enquêtes.

Activités repères pour l’OPCA

Préalable : il convient de distinguer deux cas de figure :

  • lorsque l’OPCA est à initiative de la démarche d’observation ou de veille, qu’il pilote ou copilote : dans ce cas il impulse, il assure le cadrage, il coordonne, il réalise ou sous-traite certains travaux,
  • lorsque l’OPCA est associé à une démarche d’observation ou de veille territoriale portée par un autre acteur, comme une communauté d’agglomération, ou une maison de l’emploi par exemple : dans ce cas il peut contribuer à sa mise en œuvre.


  • Définir la cible et les objectifs de l’observation ou de la veille :
  • Définir les acteurs à qui les travaux d’observation et de veille sont destinés (élus ou techniciens ? spécialistes ou profanes ? en charge de quelles politiques ou décisions ?).
  • Identifier leurs attentes et hiérarchiser leurs besoins en termes de sujets, de format d’information, de fréquence d’alimentation…
  • Délimiter le sujet de l’observation ou de la veille :
  • Le territoire couvert, les périmètres de comparaison.
  • Le champ couvert / le champ non couvert (entreprises, salariés, secteurs d’activité, métiers…).
  • Les sujets de l’observation et de la veille, les indicateurs à mobiliser.
  • Les sources d’information que l’on souhaite mobiliser.
  • Identifier les moyens mobilisables pour l’observation et la veille (internes à l’OPCA, au niveau des partenaires, de prestataires éventuels…) :
  • Repérer les compétences mobilisables.
  • Estimer le temps à allouer aux travaux.
  • Estimer les moyens pour l’achat de prestation.
  • Estimer le budget prévisionnel des travaux de recueil d’information, d’analyse, d’animation, de diffusion des résultats.
  • Choisir une combinaison de méthodologies adaptée aux objectifs, aux moyens et aux contraintes de l’étude :
  • Exploitation des données qualitatives et quantitatives détenues par l’OPCA.
  • Exploitation de bases de données transmises par d’autres acteurs (à acheter le cas échéant).
  • Veille documentaire et partenariale.
  • Suivi dans la durée de panels d’individus.
  • Conduite le cas échéant de travaux de diagnostic ou d’étude ponctuels.
  • Réunions ou groupes de travail d’analyse, d’interprétation.
  • Organiser et conduire concrètement les travaux en distinguant les différents registres d’intervention concernés :
  • Pilotage de l’observation et de la veille :
    • mobilisation des partenaires et animation des instances,
    • pilotage et coordination du processus de travail, 
    • en cas de recours à un prestataire : rédaction cahier des charges, sélection et pilotage du prestataire,
    • ciblage et cadrage méthodologique des travaux,
    • élaboration des outils (grilles d’analyse documentaire, bases de données…),
    • définition des process de recueil, de consolidation, d’exploitation, d’analyse, de partage des informations…
  • Recueil et consolidation des informations.
  • Analyse, que ce soit par des travaux « en chambre » ou dans le cadre d’instances de type « groupe de travail ».
  • Production de documents.
  • Communication, diffusion, valorisation des résultats.

Temporalité

  • Actions à développer :
  • Dans le prolongement d’un diagnostic territorial de gestion de l’emploi et des compétences, pour pérenniser une fonction d’observation et de veille au-delà du terme du projet.
  • Dès lors que le besoin de structurer une démarche d’observation ou de veille est exprimé est validé sur le territoire.

Points de vigilance

  • Réinterroger régulièrement les finalités et l’utilité des productions des démarches d’observation ou de veille, en vérifiant que le rapport entre les efforts consentis et les retombées en termes d’aide à la décision et à l’action est satisfaisant.
  • Ne pas céder à la tentation parfois forte de créer un nouvel observatoire :
  • Recenser et utiliser les initiatives d’observation et de veille existantes avant de lancer une démarche territoriale ad hoc.
  • Raisonner en termes de « fonctions d’observation et de veille », plutôt qu’en termes d’observatoire. 
  • Disposer d’un recul critique sur l’intérêt et les limites des méthodologies mobilisées, et partager ces éléments avec les partenaires mobilisés.
  • Mobiliser des acteurs compétents, outillés et disponibles pour les différents registres d’observation et de veille, en conjuguant compétences thématiques et expertise méthodologique.
  • Ne pas sous-estimer les difficultés de l’observation et de la veille à des échelles territoriales fines, qui posent des difficultés méthodologiques spécifiques :
  • Pour disposer de données à l’échelon spécifique du projet (souvent une intercommunalité ad hoc), il faut en préalable disposer des données au niveau communal, puis les consolider sur le bon périmètre intercommunal.
  • Tous les indicateurs ne sont pas disponibles et accessibles à un niveau territorial fin, notamment à la commune (et certaines données sont plus pertinentes à une échelle départementale voire régionale).
  • Lorsque l’on achète ou commande des données, le risque de secret statistique est plus fort à un niveau territorial fin. 
  • Dans l’observation comme la veille, ne pas surestimer les données quantitatives et sous-estimer l’importance des informations qualitatives détenues par les collaborateurs, les administrateurs et les partenaires de l’OPCA.
  • Mettre en perspective les données de contexte recueillies avec les informations relatives aux adhérents de l’OPCA, dans la perspective de nourrir la réflexion stratégique de l’OPCA.
Accueil
Concevoir et conduire le projet
Diagnostic territorial
Plan d'action territorial