Cadrage préalable

Construire le positionnement de l’OPCA dans le projet et dans le partenariat


Objectifs

  • Déterminer le bon positionnement de l’OPCA au regard des caractéristiques du projet territorial et du partenariat concerné, en précisant notamment si l’OPCA est pilote, copilote, ou plus simplement contributeur du projet, parmi d’autres acteurs.
  • Préparer la négociation financière et le conventionnement partenarial.

Activités repères pour l’OPCA

  • Positionner le portefeuille d’adhérents de l’OPCA au sein du tissu d’entreprises concerné par le projet et estimer :
  • Le volume des adhérents et des salariés concernés par le projet.
  • Le poids et la représentativité des adhérents de l’OPCA par rapport au tissu économique concerné.
  • La légitimité de l’OPCA par rapport aux autres acteurs.
  • L’intérêt à agir de l’OPCA.
  • Recenser les acteurs concernés par le projet, les classer par grandes familles d’acteurs, identifier les liens entre eux (liens conventionnels, liens opérationnels, liens financiers, liens informels…), hiérarchiser les acteurs en identifiant :
  • Les financeurs avérés ou potentiels.
  • Les acteurs susceptibles de jouer un rôle moteur ou d’avoir un effet d’entraînement sur le projet.
  • Les acteurs susceptibles de jouer un rôle de frein.
  • Organiser des entretiens individuels avec les acteurs prioritaires :
  • Repérer préalablement en quoi la démarche converge avec leurs propres objectifs et contraintes, tout particulièrement pour les acteurs dont un financement est recherché).
  • Présenter ou rappeler les objectifs poursuivis au travers du projet et ce qui le justifie.
  • Recueillir leurs attentes.
  • Mesurer l’intérêt, le degré de convergence du projet avec leurs propres préoccupations et intérêts.
  • Identifier les modalités d’implication dans la démarche (modalités à l’œuvre, ou à venir), les contreparties de cette implication, les facteurs favorables à cette implication.
  • Etudier de manière approfondie les différents scénarios d’implication envisageables (OPCA pilote du projet, copilote avec un partenaire privilégié, contributeur parmi d’autres acteurs), en fonction :
  • De l’intérêt du projet pour l’OPCA, au regard des retombées attendues.
  • De la légitimité de l’OPCA par rapport au positionnement envisagé.
  • De la capacité de l’OPCA à mobiliser les moyens requis, à l’interne ou à l’externe (financements, opérateurs…).
  • Définir progressivement le périmètre de responsabilité et d’implication de l’OPCA dans le projet, en prenant soin de délimiter :
  • Ce qui relève de la conduite et du pilotage du projet, en distinguant pilotage stratégique (les objectifs poursuivis, le sens de la démarche) et pilotage technique(les moyens mobilisés, l’organisation).
  • Ce qui relève de l’observation et du diagnostic des enjeux.
  • Ce qui relève de l’ingénierie, du financement et de la mise en œuvre d’actions.  

En Bretagne, trois démarches de GPECT, un positionnement de l’OPCA adapté à chaque configuration locale

Dans les Côtes d'Armor, AGEFOS PME Bretagne intervient en pilote ou copilote dans 3 projets de GPECT (Lamballe, Dinan, Loudéac). Reposant sur des approches méthodologiques très proches, chacun de ces projets a néanmoins donné lieu à une configuration de pilotage spécifique.

Pour chaque projet, le positionnement d’AGEFOS PME a été  adapté au contexte partenarial, et notamment aux modalités d’implication des  EPCI : 

  • Lamballe : AGEFOS PME porte et pilote l'ensemble du projet avec du personnel dédié (1 ETP), dans le cadre de conventions de partenariat conclues avec  l'Etat et la Communauté de communes.
  • Loudéac : La MDE  porte le projet et bénéficie, à ce titre, des conventions de l'Etat et de l'EPCI. AGEFOS PME pilote par délégation de la MDE (convention entre la MDE et AGEFOS PME) le projet et mobilise du personnel dédié (1 ETP).
  • Dinan : AGEFOS PME porte et copilote l'ensemble du projet avec la Communauté de commune de Dinan (CODI) et bénéficie de conventions de l'Etat et de l'EPCI. L'équipe projet est composée d'un salarié AGEFOS PME à temps plein et d'une chargée de mission Développement économique de la CODI (30% ETP).


Dans les Hautes-Alpes, le choix d’AGEFOS PME de porter la démarche partenariale de mise en œuvre d’un accord paritaire local 

Sur l'initiative de la CPID (Commission Paritaire Interprofessionnelle Départementale) des Hautes-Alpes, un accord départemental relatif à la sécurisation des parcours professionnels des saisonniers associant l'Etat, les Partenaires sociaux, la Région, Pôle Emploi, le Fongecif, Uniformation et AGEFOS PME a été signé.

La CPID a souhaité que l'animation et la coordination des interventions des partenaires dans le cadre de l'Accord soit confiée à AGEFOS PME. Pour ce faire, AGEFOS PME  a sollicité et obtenu un financement  du FPSPP pour le volet ingénierie et animation de l'Accord. Par ailleurs,  AGEFOS PME dispose de moyens d'intervention spécifiques dans le cadre d'un EDEC et assure, à ce titre, la fonction d'organisme relais.  

Deux instances de pilotage animées par AGEFOS PME ont été mises en place :

  • un Comité de pilotage qui pilote l'Accord et valide les orientations,
  • un comité technique qui en charge la déclinaison opérationnelle des orientations ainsi que le suivi de la mise en œuvre de l'Accord.

AGEFOS PME intervient sur 5 principaux registres qui combinent le pilotage de la démarche projet et l’intervention opérationnelle sur une partie des actions :

  • Animation, coordination de l'Accord.
  • Gestion financière et administrative de l'Accord.
  • Information/sensibilisation des entreprises et des saisonniers (quel que soit leur statut).
  • Identification et qualification des besoins de formation/orientation des saisonniers.
  • Ingénierie de formation et financière.


En Ardèche méridionale, le choix de contribuer au volet formation d’une GTEC portée par la MDEF  

En Rhône-Alpes, la Maison de l’Emploi et de la Formation de l’Ardèche méridionale porte une démarche partenariale de GTEC relative à la construction de l’espace de restitution de la Grotte Chauvet. Cette démarche vise à anticiper les multiples implications de ce projet sur l’activité économique et sur l’emploi local.

La MDEF a pour responsabilité d'animer un dialogue territorial associant les élus, le monde économique, les acteurs de l’emploi et les partenaires sociaux. Il s’agit notamment de fédérer et renforcer l’action des partenaires publics et privés présents sur le territoire et de promouvoir l’ensemble des dispositifs mobilisables existants. Elle assure ainsi un rôle de maître d'ouvrage, coordonnant et impulsant un volet basé sur :

  • l'anticipation et l'analyse des effets attendus sur l'emploi local du Grand Projet Chauvet Pont d'Arc,
  • l'organisation d'un dispositif local de formation par la création d'une synergie des dispositifs et moyens.

Dans cette démarche partenariale, AGEFOS PME a fait le choix de se positionner en contributeur, notamment :

  • en mobilisant son expertise pour approfondir le diagnostic des besoins de compétences des entreprises,
  • et en assurant l’ingénierie, la programmation et la coordination opérationnelle d’une partie du volet « formation » du plan d’action.


Temporalité

  • Cette étape de la phase de conception et de cadrage du projet est étroitement articulée : 
  • au travail de définition des objectifs du projet ;
  • au travail de cadrage méthodologique et budgétaire de l’intervention ;
  • à l’étape ultérieure de conventionnement partenarial.

Points de vigilance

  • Etudier sans a priori l’éventail des positionnements que peut adopter l’OPCA, porteurs d’avantages et d’inconvénients variables différents selon les cas :
  • pilote en situation de responsabilité importante ;
  • contributeur plus ou moins autonome sur un volet ou une action du projet qui lui est confié ;
  • contributeur associé au projet, sans domaine de responsabilité particulière.
      • La construction du positionnement partenarial de l’OPCA est plus complexe et chronophage si l’OPCA se positionne en pilote de la démarche et nécessite donc de mobiliser une ingénierie adaptée. La question de la capacité à animer et coordonner le partenariat est alors primordiale. Cette capacité doit être examinée sous l’angle technique (compétences et outillage) et partenarial (légitimité).
      • Le positionnement de l’OPCA comme contributeur du projet, parmi d’autres acteurs, sera d’autant plus efficace et efficient que l’OPCA maîtrisera le cadre général dans lequel il est appelé à se positionner, ce qui nécessite un travail de recueil et d’analyse des informations de contexte sur le projet.
      • Eviter de rencontrer tous les acteurs un à un (aspect chronophage). Prioriser les acteurs et les relations partenariales dans l’optique de développer des alliances ayant un fort effet d’entraînement sur le système d’acteurs ou bien limitant les risques liés à des concurrences institutionnelles.
      • Organiser des rendez-vous individuels, même au téléphone, pour évoquer avec les partenaires les questions stratégiques et budgétaires, qui sont difficiles à aborder dans des cadres collectifs.
      • Etre en permanence à l’écoute des attentes et des contraintes des acteurs sollicités.
      Accueil
      Concevoir et conduire le projet
      Diagnostic territorial
      Plan d'action territorial